Prunellier

Fiche technique du Prunellier

Prunellier

Nom latin : Prunus spinosa

Noms usuels : Epine noire, Beloche, Argoche, Buisson noir, Pellocier,

Prunier épineux, Bellossay, Créquier, épinette, prunellier commun,  Cravichon, Pisserote, prunellier noir

Famille : Rosacées

Le Prunellier est un arbuste qui peut mesurer jusqu’à 3 m de haut, voire plus et au port rigide. Ses rameaux sont denses, d’un noir satiné lorsqu’il prend de l’âge et comportent des épines. Les feuilles sont vert foncé, ovales et pointues au bout, dentelées en bordure. Les fleurs blanches, avec des nuances rosées, s’épanouissent du mois de Mars jusqu’à Mai. Les baies sont petites, rondes, bleues tirant sur le noir et ne sont pas consommables tel quel en raison de leur grande âpreté, surtout lorsqu’elles ne sont pas mûres (attention, elles peuvent même être toxiques). L’odeur que cet arbuste dégage est plutôt agréable.

On trouve le Prunellier en Europe jusqu’à 1500 m d’altitude. Il apprécie la lisière des bois, les haies… C’est un arbuste plutôt envahissant qui peut s’étendre sur de grandes surfaces.

Prunellier

Il est l’ancêtre des pruniers cultivés, mais la prunelle est bien plus acide et astringente. La récolte s’effectue après les premiers gels. Attention aux épines qui sont très acérées… n’hésitez pas à porter des gants pour vous protéger. Il est conseillé de ne pas ramasser celles qui sont tombées, car elles sont généralement impropres à la consommation (vertes, véreuses ou abîmées).

Les prunelles permettent de réaliser des gelées, des sirops ou encore des alcools lorsqu’elles sont blettes. On peut aromatiser le gin avec des prunelles (consommer avec modération). Les prunelles peuvent être employées pour la fabrication d’un alcool.

Le Prunellier est constitué de vitamine C, de tanin, d’hétérosides cyanogènes, substances amères, dérivés coumariniques, amygdaline, gomme, pectine…

En phytothérapie, les parties utilisées sont les feuilles, les fleurs lorsqu’elles sont encore en bouton, les fruits recueillis durant les mois d’automne et l’écorce.

Attention, l’écorce et les racines contiennent de l’acide prussique qui est toxique (son usage nécessite donc les conseils d’un médecin ou d’un pharmacien).

Le Prunellier est également utilisé en homéopathie.

On peut l’employer en usage externe (fruits) en décoction pour se gargariser en cas d’inflammation des gencives et les pharyngites.

Propriétés et utilisations du Prunellier

PROPRIÉTÉS DU PRUNELLIER

Astringent, dépuratif, sudorifique, tonique, laxatif (fleurs), diurétique, antispasmodique, anti-inflammatoire

UTILISATIONS DU PRUNELLIER

Fatigue, acné, furoncle, problèmes de bouche (gingivite, par exemple), rétention d’eau, problème de goutte, cellulite, acné, fatigue, constipation (principalement lorsqu’elle est provoquée par le côlon irritable), diarrhée (fruits)

CONTRE-INDICATIONS

Ne pas dépasser les doses prescrites !!!

PHYTOTHÉRAPIE

Consultez votre pharmacien ou votre médecin pour toute médication

En rapport Entrées

Les commentaires sont clos.