Luminothérapie

La luminothérapie, appelée aussi photothérapie ou héliothérapie procure un profond bien-être : voici la définition, les explications et les livres sur cette médecine douce.

Définition de la luminothérapie

Fleurs et lumière du soleil Luminothérapie

La luminothérapie, appelée aussi photothérapie ou héliothérapie, joue un rôle crucial dans l’équilibre de notre horloge biologique, accroît la vitalité et donne une sensation de bien-être général. Il a été démontré que la lumière du soleil a un impact indiscutable sur notre santé mentale aussi bien que physique.

La luminothérapie est une technique qui utilise la lumière du soleil mais celle-ci peut-être remplacée par une lumière artificielle. Elle est couramment employée pour combattre la dépression saisonnière, les effets du décalage horaire, ainsi que toutes sortes de problèmes cutanés. La lumière solaire contient toutes les couleurs du spectre qui, mélangées ensemble se transforment en lumière blanche. On dit qu’il s’agit d’une lumière à spectre complet. De plus, elle est également constituée des rayons gamma, des rayons X, des ultraviolets et des rayons infrarouges.

La lumière artificielle reproduit les mêmes caractéristiques grâce à des tubes au néon. Il existe une différence fondamentale entre la luminothérapie et la chromothérapie car cette dernière utilise chacune des couleurs du spectre au lieu de la seule lumière blanche.

L’unité de mesure de la lumière est le lux. Il faut un minimum de 2500 lux pour que la lumière est un réel effet thérapeutique.

Histoire de la luminothérapie

Dès l’Antiquité, les Grecs, les Égyptiens et les Arabes avaient connaissance des bienfaits de la lumière. Toutefois, ce n’est qu’au 19ème siècle que la luminothérapie devint une véritable médecine douce. Il était alors conseillé de combiner les vertus du soleil à celles de la culture physique. La photothérapie fut particulièrement utilisée pour soigner la tuberculose. C’est d’ailleurs en 1903 que le Docteur Niels Finsen reçut le prix Nobel de médecine pour ses recherches concernant le traitement de cette maladie par la lumière. Actuellement, la luminothérapie est de plus en plus appréciée et reconnue par la médecine traditionnelle.

Bienfaits de la luminothérapie sur la  santé et le bien-être

On a constaté que la luminothérapie réduisait nettement la tension artérielle et procurait un profond bien-être aux patients souffrant de douleurs articulaires, de dépression…

Cette technique a tendance à faire baisser le taux de cholestérol et soulage les problèmes d’ostéoporose et d’arthrite. Elle permet aussi de lutter efficacement contre les affections cutanées en tuant les bactéries responsables de problèmes tels que l’acné ou le psoriasis, par exemple. On peut également noter que la luminothérapie contribue notablement à l’amélioration des insomnies car elle a une action sur la production de mélatonine, hormone du sommeil, dont la sécrétion est trop importante chez certaines personnes.

Mais si elle procure un meilleur sommeil, la lumière du soleil peut également donner une sensation de bien-être et un sursaut de vitalité.

D’autre part, la luminothérapie a une action sur l’augmentation de la libido et peut se substituer à un traitement hormonal pour soigner le syndrome prémenstruel et la ménopause.

Comment se déroule une séance de lumiere thérapie ?

En premier lieu, avant même que ne commence la cure de luminothérapie, le thérapeute doit questionner le patient afin de bien connaître ses antécédents médicaux. Les séances durent environ 1 heure à une fréquence d’une fois par semaine. La cure peut-être plus ou moins longue en fonction des besoins, de l’affection dont on souffre et de l’époque de l’année où elle se déroule (en hivers, elle sera plus longue s’il s’agit de problèmes de dépression saisonnières.

Il est nécessaire d’enlever les lunettes ou les lentilles de contact lors de la séance car elles nuisent à une bonne absorption de la lumière. Il est également essentiel de garder les yeux ouverts durant la séance de luminothérapie afin que son efficacité soit maximale. En cas de problèmes oculaires, quels qu’ils soient, il est indispensable d’aller consulter un ophtalmologiste avant d’entamer toute cure de luminothérapie. La séance se déroule en position allongée et sur le dos, sans vêtements ni chaussures sous une à plusieurs lampes fluorescentes. La luminothérapie à la lumière artificielle est sans danger car les ultraviolets sont filtrés par les lampes.

Durant toute la cure de luminothérapie, il est essentiel de ne pas absorber de compléments en vitamines D car il y aurait un risque d’intoxication dangereux pour la santé.

Est-il possible de pratiquer par soi-même ?

Il est tout à fait possible de pratiquer la luminothérapie en toute autonomie sans en abuser toutefois. Il est recommandé de consulter son médecin et de lui demander conseil sur le choix de la lampe avant tout achat.

En hiver, il ne faut pas hésiter à sortir, à faire de petites promenades ou jardiner souvent. En été, on peut s’exposer au soleil quelques minutes sans protection solaire mais en cas d’exposition de plus longue durée, il faut impérativement protéger sa peau avec une crème solaire de bonne qualité. Il est également possible d’acheter des appareils spécifiques pour pratiquer la luminothérapie chez soi. Des séances d’exposition d’une vingtaine de minutes à environ 60 centimètres de distance, faites de préférence le matin, permettent d’améliorer le bien-être. Pour que la séance soit réellement efficace, il faut que les yeux soient baignés par la lumière de la lampe bien qu’il ne soit pas utile de la fixer constamment.

Par ailleurs, le bain de lumière peut être effectué tout en ayant une activité comme par exemple la lecture d’un livre. Le temps à consacrer dépend de l’intensité de l’ampoule et peut varier de 30 minutes à 2 heures, environ 5 fois par semaine.

Toutefois, la durée de la cure est plus ou moins longue selon l’affection à soigner. S’il s’agit de dépression saisonnière, il est nécessaire de la poursuivre durant toute la saison hivernale.

Les bienfaits à tirer de ce type de séance est fonction des individus : pour certains, quelques jours suffisent pour ressentir les premiers effets mais pour d’autres, l’attente peut aller jusqu’à une dizaine de jours.

D’autre part, il faut veiller à choisir avec un médecin l’intensité de l’ampoule en fonction du problème de santé car celle-ci a une grande importante (par exemple, l’intensité doit plutôt être de l’ordre de 10.000 lux en cas de dépression saisonnière).

Il faut toujours utiliser une lampe prévue spécialement pour la pratique de la luminothérapie.

En aucun cas, une lampe ordinaire ne saurait avoir les mêmes effets thérapeutiques. De plus, la lampe ordinaire pourrait avoir un impact néfaste sur les yeux.

On peut aussi acquérir un “simulateur de l’aube” pour simuler les conditions d’un lever de soleil. Cet appareil complémentaire aux lampes permet d’améliorer le sommeil et de favoriser un réveil plus aisé.

Son action est plus modérée et ne peut remplacer une cure de luminothérapie classique mais il peut la compléter et la favoriser pour une plus grande efficacité, surtout pour les problèmes de dépression saisonnière.

De plus, cet appareil simule également le coucher du soleil (durée du coucher de soleil entre 15 minutes et 1 heure 30) et peut aider pour un meilleur endormissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *