Chromothérapie

Chromothérapie : introduction

On sait depuis longtemps que les couleurs ont une bonne ou une mauvaise influence sur notre humeur. Elles jouent un rôle non négligeable sur nos émotions, elles peuvent nous rendre plus créatifs, plus optimistes, ou au contraire plus pessimistes. La couleur c’est la vie, nous ne pourrions pas imaginer un monde sans couleurs. Nous sommes tous émus devant la beauté d’un paysage verdoyant, d’un jardin aux mille couleurs et le bleu du ciel en été nous fait voir la vie d’un oeil plus optimiste. Dans ce qui va suivre nous allons voir que la couleur peut avoir aussi des propriétés significatives sur notre santé physique ou psychique, c’est ce que l’on appelle la “chromothérapie”

Définition de la chromothérapie

La lumière qui, on le sait, est une énergie, peut-être décomposée en plusieurs couleurs. Cette énergie a une action positive ou négative sur le corps. La maladie est le résultat d’un déséquilibre énergétique.

La chromothérapie intervient efficacement en déposant sur le corps des couleurs diffusant l’énergie dont celui-ci est privé. Il semblerait que certaines couleurs aient une action particulière sur certains organes du corps. Les dysfonctionnements de ces organes peuvent donc être soignés par la chromothérapie.

Un peu d’histoire sur la chromothérapie

Dans l’antiquité on connaissait déjà la chromothérapie, puisque les Grecs et les Égyptiens construisaient des temples de couleurs et de lumière. Ils étaient persuadés que cela pouvait agir efficacement sur les maladies. De même, les Chinois et aussi les Indiens avaient inclus la couleur dans la pratique de leur médecine, pratique qui, d’ailleurs, fait encore partie de la médecine Ayurvédique. La médecine Ayurvédique soigne le malade et non la maladie. Elle s’intéresse non seulement au physique du malade mais aussi au psychisme, au relationnel, à l’alimentation, etc…

A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, l’Europe et les États Unis, se sont intéressés à l’utilisation de la chromothérapie pour un usage thérapeutique.

C’est en 1933 que l’on a pu bénéficier des connaissances en la matière d’un savant indien. En effet, Dinshah Ghadiali publiait cette année là un ouvrage très documenté sous le titre de : “The spectro chrometry encyclopédia” . En 1878 déjà, le Docteur Babbitt avait publié un livre intitulé : “The principles of light and color” . Toujours dans les années 30, aux États Unis, le Docteur Harry Riley Spitler mettait au point une méthode appelée “thérapie syntonique” qui avait la propriété de provoquer de véritables changements chez les patients tant du point de vue physique que psychologique. La méthode consistait tout simplement à changer la couleur de la lumière sur laquelle les patients en question portaient leur regard.

Aujourd’hui encore, aux États Unis, de nombreux praticiens s’intéressent de près à la chromothérapie. Leurs méthodes sont très diversifiées. En Europe, la chromothérapie est également bien connue, même si son développement est un peu plus timide qu’aux États Unis. De nos jours, la chromothérapie occupe une place de choix dans la longue liste des médecines douces.

Soyez toujours prudent !

Pour toute pathologie, il faut consulter un médecin.

Ne faites jamais de l’auto-médication !

La chromothérapie peut apporter un plus à votre traitement, mais ne doit en aucun cas s’y substituer !

Un avis médical est la première étape vers la guérison ou le mieux être.

Que sont les chakras ?

Les chakras sont importants en chromothérapie

Pour bien comprendre, il faut maintenant parler des chakras qui font partie intégrante de la médecine indienne et sont couramment utilisés en chromothérapie. Les chakras sont sept points répartis sur tout le corps et c’est à ces endroits bien précis que se concentre l’énergie du corps, et c’est aussi par là que la lumière est absorbée. Chacun de ces chakras est associé à des organes et ils correspondent à une couleur bien précise. Il existe différentes méthodes pour identifier les bonnes couleurs et préserver une réelle harmonie entre les chakras.

Chaque chakra du corps humain est associé à une couleur. Voyez page suivante pour découvrir les caractéristiques des couleurs principales et de leur signification.

Quelles sont les différentes techniques utilisées en chromothérapie ?

Il faut savoir que la chromothérapie se présente sous plusieurs formes, rien d’étonnant alors que l’on rencontre des chromothérapeutes aux méthodes très différentes les unes des autres. Les façons d’établir un diagnostic n’ont parfois rien à voir entre elles. Ainsi par exemple, tel chromothérapeute consultera d’abord l’horoscope du patient, alors qu’un autre fondera son diagnostic sur la couleur de l’urine, du globe oculaire ou des ongles… voire de la couleur des selles…

Il existe également une technique de chromothérapie qui utilise l’aura des patients. Il s’agit de la photographie Kirlian.

C’est en 1940, en Russie, que cette technique qui permet de visualiser l’aura a été mise au point. L’aura est constituée de plusieurs enveloppes multicolores entourant chaque individu. Certains chromothérapeutes se servent de techniques de photographie afin de visualiser l’aura de leurs patients alors que d’autres utilisent leur don de médium pour arriver au même résultat.

Notre façon de réagir aux différentes couleurs constitue un indice qui est utilisé par les chromothérapeutes pour établir leur diagnostic. Selon le chromothérapeute consulté, celui-ci pourra s’attacher plus particulièrement à la connaissance du passé médical du malade et cherchera sans doute à mesurer son potentiel d’énergie. Puis, il posera des questions sur les troubles afin de mieux comprendre ce que ressent le patient et comprendre avec précision ce qu’il éprouve.

Une autre méthode employée par un certain nombre de praticiens, consiste à examiner la colonne vertébrale du patient venu le voir. De leur point de vue, chaque vertèbre correspond à une couleur et à sa couleur complémentaire. Afin de découvrir le régime qui convient, ils se servent du ” Diagramme chromatique ” et c’est en tâtant d’un doigt les vertèbres qu’ils parviennent à établir leur diagnostic. La palpation peut donner lieu à une sensation de picotement ou de fourmillement.

Chromothérapie : les couleurs de l'arc-en-ciel

Notre façon de réagir aux différentes couleurs constitue un indice qui est utilisé par les chromothérapeutes pour établir leur diagnostic.

Si l’on se réfère à certains chromothérapeutes, on serait porté à penser que chaque individu sait intimement de quelle couleur il a besoin pour retrouver son équilibre interne. Pour le savoir, il suffit à la demande du praticien de classer huit couleurs par ordre de préférence. Les chromothérapeutes qui utilisent cette manière de procéder prétendent qu’elle permet de révéler de nombreux aspects de la personnalité, mais aussi de découvrir les déséquilibres qui finiraient par perturber plus ou moins gravement la santé. Ce test porte un nom, de “test de Luscher”.

Une fois le diagnostic étant établi, il ne reste plus qu’à traiter le patient. Voici comment dans le paragraphe ci-dessous.

Comment se déroule une séance de chromothérapie ?

Il convient tout d’abord de calculer la quantité de couleur manquante et de déterminer la fréquence d’administration. Pour le traitement, le praticien peut avoir recours à la technique du bain. Pour cela, le patient se plonge dans une baignoire dont les côtés sont éclairés par des lampes de couleur .

Si cette méthode de chromothérapie est utilisée pour détendre les muscles ou pour combattre le stress, les couleurs employées seront le bleu et l’orange.

On peut également obtenir un résultat satisfaisant par enveloppement pendant trente minutes dans un tissu de soie colorée. Une autre technique très utilisée consiste à revêtir une chemise blanche et à s’allonger tandis qu’une lumière de couleur appropriée est projetée sur tout le corps ou seulement sur la partie à traiter. La séance commence toujours par la couleur principale, puis le chromothérapeute enchaîne avec la couleur complémentaire. La séance dans sa totalité dure environ une heure. La cadence avec laquelle est alternée la projection de toutes les couleurs permet d’avoir des résultats différents. Un autre élément dans cette façon de procéder a une grande importance. En effet, la forme des faisceaux n’est pas anodine : ceux dont les formes sont géométriques agissent de manières très efficaces sur le corps mais aussi sur l’esprit.

La médecine indienne utilise la chromothérapie d’une toute autre façon. Elle accorde un grand intérêt aux cristaux et aux pierres précieuses. Des chromothérapeutes préfèrent cependant se servir de sacs de mousseline remplis de sels de chrome pour effectuer des massages. Ces sacs sont, dans un premier temps, exposés à la lumière de soleil ou, à défaut, sous une lampe colorée pendant environ une heure.

Opinion des médecins traditionnels concernant la chromothérapie ?

Si la médecine traditionnelle reconnaît volontiers l’influence des couleurs sur l’humeur des individus, elle est en revanche réfractaire aux idées introduisant les notions de chakras, d’auras et d’énergie vibratoire.

Par contre il est avéré que certaines couleurs ont une véritable influence sur les capacités mentales et sur certaines émotions. Aujourd’hui, on est, par exemple, plus attentif aux couleurs employées dans les locaux administratifs. De plus, de multiples études ont été menées afin de déterminer le rôle des couleurs dans le traitement des enfants autistes. La chromothérapie pourrait, là encore, avoir un rôle prépondérant. Curieusement, des recherches auraient permis de découvrir que le jaune rend plus agressif. C’est ainsi que l’on s’est rendu compte que les éclairages dans les villes peuvent avoir une certaine influence sur la délinquance urbaine.

Est-il possible de pratiquer la chromothérapie
par soi-même ?

Il est tout à fait possible d’utiliser sans danger quelques méthodes de chromothérapie décrites ci-dessous. Cependant, ces méthodes simples ne peuvent en aucun cas soigner de véritables pathologies ainsi que nous l’avons déjà mentionné, toute maladie, quelle qu’elle soit, doit faire l’objet d’une visite chez le médecin traitant. Voici quelques exemples de thérapie à mettre en oeuvre par soi-même :

A u r a     S o m a

Il s’agit d’une forme de chromothérapie mise au point en 1980 par Vicky Wall, une britannique devenue aveugle et possédant des dons de médium. Elle a imaginé de remplir des petits flacons d’une couche d’huile essentielle colorée et de la compléter par une couche d’eau de source colorée et agrémentée d’extraits végétaux. Ces petits flacons rééquilibrants sont pour la plupart bicolores. Il est possible de créer environ 90 combinaisons différentes. Parmi ces flacons, il suffit alors de choisir les quatre pour lesquels on se sent le plus d’attirance et de s’en mettre tous les jours sur l’épiderme. En chromothérapie, on considère que c’est le contour de l’aura que l’on asperge. Il est tout à fait possible de poursuivre cette thérapie fort simple aussi longtemps que l’on en éprouve le besoin. Cette forme de chromothérapie est plus particulièrement utilisée en Grande Bretagne.

E a u     S o l a r i s é e

Voici une méthode très facile à réaliser. Pour obtenir de l’eau solarisée, il suffit de se procurer un récipient en verre coloré et le remplir d’eau puis de l’exposer au soleil. La couleur du récipient transmettra son énergie vibratoire à l’eau. Cette eau bienfaisante peut-être bue tout au long de la journée. Si l’on ne possède pas chez soi de récipient de couleur, un papier transparent coloré placé autour d’un bocal ou un pichet en verre pourra faire l’affaire.Bien évidemment, la couleur doit être choisie en fonction du trouble que l’on souhaite traiter.

A l i m e n t a t i o n

Il arrive, à certains moments, que l’on ressente une attirante particulière pour une couleur bien spécifique. Ce besoin n’est pas forcément anodin. C’est pourquoi, il est recommandé de consommer des aliments de cette couleur. Par exemple, si le rouge vous attire particulièrement, n’hésitez pas à consommer des tomates, des cerises ou tout autre petit fruit rouge. Si, au contraire, c’est le jaune qui vous manque, optez pour des plats à base de safran, des pamplemousses, du beurre, etc… Il est cependant préférable de se faire conseiller par un chromothérapeute avisé.

L e s    V ê t e m e n t s

La chromothérapie s’applique également aux tenues vestimentaires. Que faire alors pour se dynamiser ? Rien de mieux que de porter des couleurs toniques et harmonieuses. Par quel moyen réduire le stress ? Dans ce cas, il mieux vaut choisir des couleurs douces. L’image que renvoit le miroir permettra de considérer les choses d’une tout autre façon. Dans tous les cas, l’image que l’on a de soi-même peut-être très différente selon que l’on porte des vêtements bien adaptés à notre personnalité. Il est donc tout indiqué de faire largement usage de la couleur, douce ou vive, dans notre garde-robe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *