Accueil - Aromathérapie - Biorythmes - Chromothérapie - Hydrothérapie - Luminothérapie - Phytothérapie - Sonothérapie - Librairie - Lexique des plantes - Nutrition - Divers - Annuaire - Plan du site

www.bien-être-naturel.info  - © tous droits réservés

 Art du bien-être naturel

Art du bien-être naturel Art du bien-être naturel Art du bien-être naturel

BOUTIQUE

LIBRAIRIE

ANNUAIRE

THÉRAPIES

NUTRITION

PLANTES

DIVERS

Phytothérapie

Première partie

Qu’est-ce que la phytothérapie ?

La phytothérapie consiste à soigner à partir de plantes, qu'elles soient encore fraîches ou volontairement séchées. On les utilise en infusions, décoctions, lotions, dans des bains, ou encore macérées dans de l'huile. D'autres façons de tirer partie des plantes sont expliquées plus bas. . Une plante peut donner des résultats différents selon l'endroit où elle est cultivée et aussi selon conditions météo de la région. Un grand nombre de médicaments modernes sont composés en partie d'extraits de plantes. Le pavot, en particulier, entre dans la composition de très nombreux remèdes. L'usage de la phytothérapie peut se révéler très dangereux pour qui n'a pas les connaissances nécessaires en matière d'utilisation. De nombreuses plantes paraissant anodines n'en sont pas moins toxiques et il arrive aussi qu'une partie seulement de la plante présente un danger.


'The Herball or Generall Historie of Plants', book, London, Wellcome L0060528 Histoire de la phytothérapie

Il y a quatre mille ans on écrivait déjà sur la phytothérapie, puisque des archéologues ont découvert des recueils prouvant qu'à cette époque on utilisait les plantes à des fins médicales. On sait que les peuples anciens tels que les Grecs, les Romains, les Égyptiens se servaient des plantes pour se soigner. Les croisés revenant de leurs périples en terre sainte ramenaient des herbes inconnues dans nos contrées. Les moines qui avaient une bonne connaissance des plantes, en pratiquaient la culture avec succès. Dans leurs jardins bien abrités et bien clôturés, ils créèrent les premières consultations. On ne tarda pas à échanger des plantes entre régions et même entre pays., cela déboucha également sur des échanges de recettes. Le grand roi Charlemagne conseilla et même encouragea les échanges de plantes entre les couvents. On fit des boutures de différentes espèces afin de multiplier les diverses plantes et les échanger avec d'autres moines. Les herbes ou les simples, ainsi qu'on les appelait, avaient une part prépondérante dans l'élaboration de mets cuisinés. A cette époque, les gens avaient un goût prononcé pour les viandes relevées, et l'adjonction d'herbes dans les plats carnés répondait au goût de l'époque.


Règles à respecter en  phytothérapie  pour la cueillette des plantes médicinales
Il ne faut pas croire que l'on peut récolter les plantes médicinales n'importe quand et n'importe comment. Certaines règles sont à respecter si l'on veut retirer un maximum de bénéfices de leurs vertus thérapeutiques.

Tout d'abord, il est nécessaire de faire la récolte pendant une journée sèche et bien ensoleillée, de préférence le matin ou bien le soir. Ce qui est important, c'est qu'il n'y ait aucune humidité au moment de la cueillette. De plus, il faut impérativement choisir le moment de l'année recommandé pour cueillir la plante médicinale où ses constituants thérapeutiques sont les plus actifs.

Il faut se munir de quelques outils indispensables en fonction de la plante que l'on recherche : sécateur, pelle à main, couteau bien coupant, grattoir, panier ou casier, éventuellement avec plusieurs compartiments dans le cas où l'on souhaite récolter plusieurs plantes différentes. En effet, le mélange peut être dommageable tant pour leur qualité que pour les dangers qu'il peut représenter. Par exemple, telle partie d'une plante recueillie peut être toxique ou provoquer des allergies. C'est pourquoi, il faut être très vigilant et rigoureux.

Bien que ceci soit évident, il faut veiller à choisir des plantes saines, sans maladies ou parasites, et vérifier que le sol aux alentours est lui aussi propre et sans pollution. D'autre part, il est indispensable de respecter la nature : pas de cueillette surabondante, pas de détérioration inutile. Il ne faut prendre que ce qui est utile. Si seules les parties aériennes d'une plante sont intéressantes, il est préférable de la couper proprement à la base de la tige et de laisser la racine en place, ce qui lui permettra de repousser. De même, certaines plantes sont protégées, dans ce cas, il faut être encore plus rigoureux : pas d'abus !!!

Enfin et surtout, l'automédication peut être dangereuse ! Ne faites pas de préparations pour vos enfants sans avoir demandé avant à votre médecin ou votre pharmacien. Les plantes peuvent être bénéfiques ou très dangereuses si elles sont utilisées à mauvais escient. Ne l'oubliez jamais ! Pour vous-même, vous devez également être très prudent : consultez votre médecin quelque soit le problème de santé dont vous souffrez, des symptômes anodins peuvent cacher une maladie bien différente de celle que vous supposez.

Page précédente

Page suivante

Définition de la phytothérapie

Histoire de la phytothérapie

Règles à respecter pour la cueillette

Préparations en phytothérapie

Lexique des plantes médicinales

Livres de phytothérapie

Annuaire phytothérapie

Annuaire ayurvéda

 PHYTOTHERAPIE

VERSION POUR MOBILE